TRAVAILLER ENSEMBLE POUR ALLER PLUS LOIN - Denis Trottier, député de Roberval
2012-05-30

 

La délégation du Lac-Saint-Jean formée d’élus et de spécialistes du domaine forestier qui a visité la Mauricie, les 24 et 25 mai derniers, a été éblouie par les extraordinaires possibilités de maillage entre les deux régions au plan du développement des produits forestiers non ligneux et de la villégiature ainsi que de l’innovation en foresterie.

 

Téléchargez les résumés de chacune des visites.

Regardez l'album photo de l'événement.

Téléchargez le rapport du projet Champignons

Téléchargez le rapport du projet Sève de bouleau blanc

Téléchargez le résumé du projet Biomasse

Téléchargez les Coupes progressives irrégulières (CPI) -- CPI enjeux -- CPI mise en oeuvre

 

« Il faut applaudir les initiatives de transfert de connaissances et de visions comme celle que nous avons réalisé avec la Mauricie. Dans le contexte forestier actuel, nous ne pouvons plus penser pouvoir nous en sortir sans partager nos erreurs et apprendre de nos voisins. Nous avons confirmé, pendant ces deux jours de visites, que l’avenir passe par la collaboration. Travailler seul nous permet peut-être d’aller plus vite, mais travailler ensemble nous permet certainement d’aller plus loin », de dire le député de Roberval et porte-parole de l’opposition officielle en matière de forêts et mines, Monsieur Denis Trottier. Cette visite, organisée par Forêt modèle du Lac-Saint-Jean et l’Association forestière de la Vallée du St-Maurice, suite aux premiers contacts établis lors du symposium organisé par cette dernière en novembre dernier, a permis à nos deux régions de tisser des liens plus étroits dans la réalisation et la mise en valeur de projets à caractère forestier.

Le directeur de l'Association forestière de la Vallée du St-Maurice, René Charest, le directeur régional du MRNF, Alain Simard, la vice-présidente ressources humaines chez Gestion Rémabec, Mireille Prince, et le directeur général de FMLSJ, Serge Harvey.

 

C’est en rencontrant des décideurs et des professionnels du domaine forestier de la Mauricie que la délégation jeannoise a pu constater à quel point les préoccupations étaient les mêmes. « Le Lac-Saint-Jean et la Mauricie sont historiquement liées, nous sommes des régions forestières qui faisons face aux mêmes enjeux pour notre survie. De voir le travail réalisé par l’École forestière de La Tuque dans sa forêt d’enseignement et de recherche, de la Corporation du Parc régional des Trois-Sœurs pour la maximisation de nos ressources naturelles ou du Centre de recherche sur les matériaux lignocellulosiques sur l’industrie papetière de demain, c’est d’abord impressionnant, mais surtout motivant. Créer des liens, c’est assurer notre avenir. C’est donc une urgence de travailler ensemble! », d’ajouter le maire de Saint-Félicien, Monsieur Gilles Potvin.

 

La délégation visite les laboratoires du Centre intégré en pâtes et papiers de Trois-Rivières.

 

Travailler ensemble, c’est précisément ce à quoi s’engage la Forêt modèle du Lac-Saint-Jean. Cette activité de transfert de connaissances a servi à mettre en commun l’expertise et les connaissances de nos collectivités pour trouver des opportunités communes de développement et de mise en valeur des ressources du milieu forestier. « Après ces visites, des projets communs se dessinent déjà et nous croyons entreprendre des démarches de collaboration dès cette année. Nos deux régions travaillent entre autres sur les produits forestiers non ligneux et la valorisation de la biomasse et nous croyons pouvoir jumeler nos forces pour améliorer les résultats de nos projets respectifs », d’assurer le coordonnateur de l’Agence de gestion intégrée des ressources, Monsieur Michel Bouchard. Le député de Roberval a bien conclu l’activité en soutenant que « l’or vert va remplacer l’or noir. Dans 500 ans, il ne restera peut-être plus de pétrole, mais il y aura toujours de la forêt. Notre visite nous a permis de confirmer que travailler sur la forêt, c’est miser sur l’avenir! »

 

Mme Diane Sauvageau, technicienne agricole à la Pépinière gouvernementale de Grandes-Piles, explique le fonctionnement de cette dernière.

« Retour
Nouvelles

» Toutes les nouvelles