Un partenariat unique et innovateur

Né d’une entente tripartite entre Pekuakamiulnuatsh Takuhikan (Conseil des Montagnais du Lac-Saint-Jean), la MRC de Maria-Chapdelaine et la MRC du Domaine-du-Roy, le projet de Forêt modèle du Lac-Saint-Jean (FMLSJ) a pris sous la gouverne à parts égales d’autochtones et de non autochtones, un partenariat unique et innovateur.

Le projet, géré par l’Agence de développement des communautés forestières ilnu et jeannoise, a pour objectif d’améliorer les moyens d’existence durables des communautés et de développer une gestion durable et intégrée des ressources du milieu forestier comme outils privilégiés pour les populations qui désirent continuer à vivre de la forêt et adopter, entre autres, un mode de gestion axé sur la foresterie communautaire. Financé en partie par le programme des collectivités forestières du Service canadien des forêts – Ressources naturelles Canada, le projet fait partie d’un groupe pancanadien de 11 forêts modèles choisies parmi 58 propositions.

La crise qui sévit actuellement dans l’industrie forestière est directement liée aux problèmes planétaires que vit le grand secteur de l’industrie manufacturière en général. La forêt n’est pas l’industrie forestière, elle est un de ces intrants, une de ces composantes. Une grande partie des biens et services produits par la forêt alimente massivement l’industrie forestière, mais pas tous. Les ressources forestières ligneuses et non ligneuses, les ressources fauniques, les ressources naturelles et culturelles font toutes parties d’une seule et même famille : le milieu forestier. C’est pourquoi nous croyons qu’il y a lieu de faire naître une industrie du milieu forestier. Ainsi, une mobilisation et une concertation doivent se concrétiser autour de cette réalité. En mettant à profit l’expertise collective des communautés locales et en l’utilisant dans la réalisation de l’ensemble des objectifs, la Forêt modèle du Lac-Saint-Jean souhaite créer de nouveaux modèles de mise en valeur des ressources et des emplois en forêt.

 

Une bouffée d’air frais en forêt

Dans le contexte de la hausse du dollar canadien, une forte baisse de la demande, une concurrence mondiale féroce et une hausse du coût des produits pétroliers, la Forêt modèle du Lac-Saint-Jean veut insuffler une bouffée d’air frais aux communautés qui désirent continuer à vivre de la forêt.

Selon Ressources naturelles Canada, 65 % de la population représentée par les collaborateurs de la FMLSJ est extrêmement dépendante de la forêt. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, plus de 2950 personnes travaillent en forêt et 8,9 millions de mètres cubes de bois sont prélevés, des sommets au Québec. Faut-il avoir peur de cette dépendance? La réponse est : NON.

L’économie d’une région doit, en effet, être diversifiée si elle veut survivre à des périodes de crise comme nous vivons en ce moment. Mais cette diversification peut se faire à l’intérieur de la forêt, du moins en partie.

Il est complètement fou de croire qu’il n’y a que du bois en forêt. Les ressources forestières ligneuses et non ligneuses, les ressources fauniques, les ressources naturelles et culturelles font toutes parties d’une seule et même famille : le milieu forestier. En élaborant des projets de recherche et développement en forêt, la Forêt modèle du Lac-Saint-Jean fera naître l’industrie du milieu forestier.

Einstein a dit : «La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent.» Faire différemment, c’est ce que nous nous engageons à faire. Déjà, un projet alliant 2 MRC et une communauté autochtone est une réussite en soi. Par ailleurs, le système de gouvernance à 50 % autochtone est une première mondiale. Et ce n’est qu’une première étape vers de plus grandes réussites!